IMM | Institut des métiers de la musique

detail de cordes de guitare metallique

Jouer aux Echecs, c'est un peu comme travailler dans la musique

«Deep Blue» devient le premier ordinateur à battre un champion du monde d'échecs (Kasparov en 1997).

«Deep Blue», c'est aussi le nom d'un musicien, le titre d'une chanson de George Harrison et même la dénomination d'un label écossais...

Dans le secteur de la musique, comme aux échecs, le jeu peut être, dans une certaine mesure, «combinatoire à information parfaite» : les coups sont définis par des règles et les joueurs connaissent les règles. Mais dans le secteur de la musique, il y a aussi du hasard, une part de chance et plusieurs règles qui ne sont pas écrites...

scene de concert a montreal - photo Edith Gaudy

Si les métiers de la musique vous intéressent

Manager d’artistes, label manager, directeur artistique, chef de projet, responsable marketing, chargé de communication, community manager, attaché de presse, responsable digital, directeur de production, bookeur, programmateur de concerts, éditeur de musique, superviseur musical, etc...

Les métiers de la musique sont passionnants et variés. À l’IMM, nous les connaissons très bien. Tous les enseignants, tous les professeurs et tous les intervenants que les étudiants côtoient sont des professionnels de la musique en activité.

De très nombreuses entreprises travaillent à 360°...

We Are Wolves - photos Edith Gaudy

Musiques enregistrées : un marché en croissance, une reprise confirmée et toujours du recul à prendre

Le marché français de la musique enregistrée a progressé de + 3,9% en 2017, pour la deuxième année consécutive (+5,4% en 2016) et atteint 723 M€. Deuxième année consécutive de croissance depuis 15 ans. Mais si la reprise se dessine, elle est encore fragile. Avec 583M€, le chiffre d’affaires physique et numérique commence tout juste à recréer la valeur perdue et n’atteint que 40% du marché de 2002 (1.43Mds€). Les producteurs de musique sont optimistes, mais considèrent ces indicateurs avec prudence : la dynamique de la production n’est pas encore pérenne, les nouveaux modèles économiques ne sont pas encore matures...

We Are Wolves - 2017 - photo Edith Gaudy

Des chiffres et du recul

En France, Le Syndicat national de l’édition phonographique (SNEP) a publié un bilan économique du marché de la musique enregistrée 2016 qui affiche une « première croissance significative du marché français depuis 15 ans ».
Le marché français de la musique enregistrée a progressé de 5,4% en 2016. Après avoir perdu près de 100M € entre 2011 et 2015, son chiffre d’affaires croît de 24M € en 2016, soit un quart de la baisse cumulée de ces 4 dernières années. A cela s’ajoutent les droits voisins perçus par les producteurs (+2,6%).
Cette croissance a été permise par un repli «modéré» des ventes de supports (-2...

Vous voulez travailler dans la musique ?

Notre école est pour vous !