IMM | Institut des métiers de la musique

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • (+33) 1 47 70 14 64
les intervenants à l'IMM en septembre et octobre 2016

La transmission des savoirs

Travailler dans le secteur de la musique, c'est vraiment passionnant. Quel plaisir de se lever tôt et de veiller tard, tous les jours, pour écouter, découvrir et partager de la musique. Même si les obstacles à franchir sont nombreux, c'est un grand plaisir de gagner sa vie en faisant ce que l'on aime. Pour certains, il s'agit d'un privilège. En fait, toutes les personnes qui travaillent dans la musique ont fait un choix, des fois pas facile, d'autres fois sans trop se poser de questions.

Bien évidemment, ce n'est pas rose tous les jours. Comme partout, il y a des gens bien et d'autres qu'il faudrait mieux éviter...

platine vinyle blanche avec casque d'écoute

Prendre le temps d'écouter de la musique

Saviez-vous que des pulsions négatives freinent des fois la consommation et les achats de musique ? Si les freins et les motivations s’équilibrent, les achats sont théoriquement reportés à une autre fois. Si les freins sont importants, il n’y aura pas d’achats et les gens écouteront encore et toujours la même chose.

Dans une certaine mesure, vous pouvez éradiquer des peurs chez ceux qui n'osent pas goûter de nouvelles saveurs et varier leurs moments de musique. La peur de l’inconnu, par exemple, se supprime avec l’écoute et/ou des analogies...

les intervenants à l'IMM en avril 2016

Se nourrir de musique

Pour des enregistrements, les décisions d’achat sont généralement vite prises et spontanées. Pour une place de concert, ce n'est pas forcément le cas.

Le prix peut faire hésiter mais pour les contenus, les amateurs de musique ont des jugements rapides : «j’aime ou je n’aime pas». Il faut essayer de comprendre pourquoi un album, un artiste ou un concert plaît ou ne plaît pas à telle ou telle personne. Il faut se demander pourquoi un accro de la musique a besoin de cet album et pas d'un autre, veut écouter tel groupe et pas vraiment un autre, se précipite à tel concert et pas un autre...

les intervenants à l'IMM en février 2016

Apprendre à bondir et rebondir

Un succès est souvent attribué à la qualité de l’artiste ou de sa production et éventuellement à la justesse de la mise en marché (stratégies marketing adoptées). Un échec, paraît-il, repose généralement sur les épaules du diffuseur et du distributeur. L'absence de visibilité, peu, voire pas, de concerts ou encore un manque de mises en place initiales leur sont souvent reprochés. En fait, toutes les raisons d’un succès ou d’un échec sont dans la nature, et même si toutes les actions sont prévues sur le papier (et des fois même contractuellement), il est très difficile d’impliquer fortement et au même moment des acteurs plus ou moins partenaires, plus ou moins concurrents et plus ou moins gagnants...

Vous voulez travailler dans la musique ?

Notre école est pour vous !