Aladdin Sane de David Bowie par Manon (IMM1)

C'est au cours de la tournée américaine du 22 septembre au 22 décembre 1972 que David Bowie écrit la majeure partie de cet album emblématique et controversé. Chaque chanson fait référence à une ville ou à une étape particulière de la tournée. Il sera enregistré au Studio Trident à Londres de décembre 1972 à janvier 1973, avec le même producteur que pour les deux albums précédents (Hunky Dory et The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars), Ken Scott, accompagné par l'ingénieur Mick Moran ainsi que par Mick Ronson, qui s'occupera des arrangements.

Les musiciens présents sur l'enregistrement sont : David Bowie (chant, guitare, harmonica, claviers, saxophone, arrangements), Mick Ronson (guitare, piano, voix, arrangements), Mike Garson (piano), Trevor Bolder (basse, trompette), Mick Woodmansey (batterie), Ken Fordham (saxophone), Brian « Bux » Wilshaw (saxophone, flûte) ainsi que G.A. MacCormackk et Linda Lewis Franklin (choeurs).

L'album sort le 13 avril 1973 chez RCA en Angleterre et aux Etat-Unis, précédé par la sortie des singles The Jean Genie (24 nov. 1972) et Drive-In Saturday (06 avril 1973). C'est l'album le plus «fructueux» de David Bowie, dont les ventes sont estimées à plus de 4 600 000 exemplaires dans le monde. Il se place au sommet des charts en Angleterre et à la 17ème place aux Etats-Unis.

Mais plus qu'un succès mondial, cet album est également révélateur de la dualité de l'artiste, mis en avant à la fois par la pochette de l'album (tirée de l'oeuvre de Pierre Laroche, inspiré du symbole de haute tension sur les boîtes électriques et réalisée par le photographe Brian Duffy) et par le jeu de mot que constitue son titre « A lad insane »/ « Aladdin Sane » : un type fou/Aladdin sain d'esprit. David Bowie est alors fortement accroché à la cocaïne, et fait évoluer le personnage de Ziggy Stardust en cet Aladdin Sane, déphasé et oscillant entre le passé, le présent et le futur. Il confiera par la suite à ses proches que le titre de l'album fait également référence à son frère, Terry, à qui les médecins avaient diagnostiqué une schizophrénie. Ces conflits internes éveillent en lui une forme de paranoïa, étant lui-même terrorisé à l'idée de souffrir de cette pathologie (notamment en tant que transgenre bisexuel), omniprésente à travers ses textes.
D'ailleurs, la couleur musicale de l'album présente également un mélange des genres. Il est à la fois le plus intense dans les sons de la basse et de la guitare, mais il se révèle contrasté par  l'interprétation très « swing » au piano de Mike Garson, notamment avec le titre éponyme influencé par le courant avant-garde jazz ainsi que les titres Cracked Actor et Time qui révèlent, eux, l'influence cabaret.
Durant toute la tournée et donc, toute la période d'écriture, son humeur oscille entre l'excitation liée à l'idée de monter sur scène et l'angoisse de voyager avec des inconnus. Cette paranoïa se ressent également dans certaines de ses chansons, la plus évidente étant « Aladdin Sane (1913-1938-197 ? », suggérant que les années 1970 préfigurent une troisième guerre mondiale.

Cet album est emblématique du courant Glam rock, un symbole d’ambiguïté, de conflits intérieurs et d'androgynie, à la fois dans l'imagerie, les textes et le son, mais aussi dans la carrière de David Bowie.

Design : Brian Duffy - Photography | Brian Duffy/Celia Philo/Philip Castle - Design/Artwork
Released : April 1973
Label : RCA
Producers : Ken Scott, David Bowie

1 - Watch That Man
2 - Aladdin Sane (1913-1938-197?)
3 - Drive-In Saturday
4 - Panic In Detroit
5 - Cracked Actor
6 - Time
7 - The Prettiest Star
8 - Let's Spend The Night Together (Bowie/Richards)
9 - The Jean Genie
10 - Lady Grinning Soul