Quelques étudiants de l’IMM viennent de s’aventurer dans une douzaine de magasins. Une période rêvée pour déambuler dans les rayons et établir un contact avec les disquaires…

Les étudiants étaient chargés d’établir des relevés de prix pour faire ensuite une analyse comparée et éventuellement mettre le doigt sur d’importantes différences tarifaires... Mais il s’agissait avant tout de prendre la température et d’être sur le front en pleine offensive.

Voici une sélection de constats et de commentaires issus de leurs échanges avec les disquaires :

« les meilleures ventes de l’année sont les mêmes partout »

« les rayons fondent comme peau de chagrin … comme les rayons sont réduits, la place est principalement accordée aux gros artistes, l’offre est donc de moins en moins variée… les magasins sont forts impersonnels »

« le vinyle est de plus en plus présent… c’est une tendance qui revient beaucoup »

« j'ai eu énormément de mal à trouver le rayon CD, perdu entre les robots et les DVD pour enfants, un « rayon » de deux bacs, reflétant la désolation… Si le but est de vendre des Cds grand public, quelques PLV suffiront, mais le fait de mettre quelques Cds de back catalogue ici et là pour alimenter le rayon c'est plus un cache misère qu’autre chose… aucun intérêt à garder un espace si insignifiant. »

« J'ai demandé à parler au chef de rayon… la réponse fut simple : il n'y en a pas et les clients qui désirent recevoir des informations doivent aller au point info à l'entrée du magasin…»

« Lorsque nous sommes entrés chez le disquaire et avons expliqué notre démarche, la responsable du magasin et la vendeuse ont été très accueillantes et nous ont proposé leur aide. L’une d’elle était même coiffée d’un bonnet du Père Noël. Quels sont, selon elles, les points forts d’une boutique spécialisée : un aspect humain (accueil et conseils de qualité), des petits prix qui facilitent l’accès à la culture et à la découverte, la rareté des produits… et pour tenir, la satisfaction du client afin de le fidéliser passe avant tout. »

« … la disparition de la concurrence d’enseigne telle que la FNAC ne serait pas bénéfique à la reprise du marché car il y aurait une baisse de l’effervescence… »

« … Il fut très compliqué d’obtenir un entretien avec le vendeur car, submergé de travail, il n’avait que très peu de temps à nous accorder… de plus, son activité de conseil s’est amoindrie depuis la crise. En effet, trouvant toutes les informations nécessaires sur internet et notamment sur les blogs et les forums, les consommateurs ne le consultent que pour savoir où se trouve un CD. Il n’est plus question d’avis d’expert . »

« Authentique et financièrement abordable, la musique est un présent qui répond aux critères des consommateurs et notamment lors des fêtes de Noel ou les maisons de disques rivalisent de créativités afin de sortir un maximum d’album, de réédition, de best of et de coffret en tout genre. »

« les cds sont un peu les uns sur les autres, pas assez d’espace, (il faut bien chercher)… par contre, les vendeurs sont facilement abordables, aiment leur métier et le font bien. »

« … dans le rayon Électronique Grand Public, les vendeurs semblent bien plus portés sur le conseil que les vendeurs du département musique. »