Pour commencer, de nombreuses personnes vous diront que la musique n'est pas un secteur !

On vous parlera de spectacle vivant, d'audiovisuel, d'industries de l'image et du son, de la publicité, du cinéma, de la presse... mais pas de la musique.

Des études sur les activités culturelles existent mais il manquera toujours un paramètre, une précision ou une considération pour véritablement identifier l'emploi dans le secteur de la Musique. En fait, c'est peut-être tout simplement parce qu'elle est un peu partout.

Ces études présentent généralement des données chiffrées, plus ou moins dépassées, qui permettent certes de se faire une petite idée sur le marché de l'emploi, mais rien de bien concret et utile.

... et puis, on peut dire ce que l'on veut avec ces chiffres.

Prenons par exemple des données sur les intermittents du spectacle. En 2012, on comptait un peu plus de 106.000 intermittents du spectacle alors qu'ils étaient environ 90.000 en 2004.

Faut-il en déduire une dégradation conséquente du marché de l'emploi, une plus grande précarité, des revenus moyens en baisse, des montants d'allocations chômage en hausse et donc se faire une idée négative du système au point de remettre en question des conditions d'indemnisation ?

Faut-il en déduire qu'un plus grand nombre d'individus s'oriente vers les métiers du spectacle pour s'épanouir individuellement et collectivement, développer des activités culturelles pour mieux vivre en société, redynamiser des régions désertées par les industriels et donc de se faire une idée positive de cette évolution au point d'aider encore mieux les plus entreprenants qui génèrent eux-mêmes des emplois ?

Prenons un  autre exemple sur le spectacle vivant en France. En 2010, 18.492 entreprises ont déclaré le spectacle vivant comme activité principale. 94% de ces entreprises comptent moins de 10 salariés permanents et 53% n’emploient aucun permanent.

Faut-il principalement en déduire que les entreprises du secteur sont fragiles, produisent peu ou sont saisonnières ?

Faut-il plutôt en déduire que les entreprises du spectacle vivant sont conviviales, que les tâches à accomplir sont souvent très variées ou que les centaines de milliers de manifestations organisées par an génèrent aussi de nombreux emplois indirects  ?

Les chiffres sont donc à prendre avec des pincettes. Ils donnent des indications mais encore faut-il savoir les interpréter pour comprendre des évolutions et s'en servir pour atteindre des objectifs plus ou moins partagés.
Comme dans tous les secteurs, les emplois dans la musique dépendent évidemment de la conjoncture, de la santé et du succès des entreprises. La conjoncture évolue en permanence et tout est interdépendant. La santé de l'entreprise ne dépend pas uniquement du marché mais aussi de sa gestion interne. Le succès n’est jamais garanti et il n’existe pas de « formule magique ».
L’incertitude, les risques et les bonnes ou mauvaises surprises font donc partie de la vie quasi-quotidienne des gens qui travaillent dans la musique.

Pour expliquer la réalité du travail dans la musique (hors pratique ou facture instrumentale), mettons les chiffres et statistiques de côté et regardons plutôt les compétences qu'il faut acquérir et développer.

Une personne qui souhaite travailler dans la musique doit avoir de multiples compétences, notamment dans des entreprises à effectif réduit où la polyvalence est nécessaire.

Voici une liste non exhaustive de compétences que nous avons identifiées.

Des compétences en communication

  • Analyser les programmes des diffuseurs et assurer une couverture médiatique
  • Participer à la gestion et au développement de la promotion en ligne
  • Concevoir et utiliser la documentation, les supports promotionnels et les supports de promotion des ventes
  • Élaborer un plan média
  • Coordonner les activités médiatiques de l’artiste
  • Développer et mettre en œuvre des stratégies de marketing novatrices

Pour en savoir plus ...

Des compétences en administration

  • Effectuer des démarches administratives
  • Rechercher et trouver des financements
  • Déterminer des besoins financiers, élaborer et suivre un budget
  • Négocier et gérer des relations contractuelles
  • Gérer un répertoire et un catalogue
  • Évaluer les exigences de la production
  • Réunir une équipe de production
  • Superviser un projet
  • Trouver des accords avec des fournisseurs, des prestataires et des manufacturiers
  • Développer et tenir à jour des bases de données

Pour en savoir plus ...

Des compétences en commercialisation

  • Élaborer un plan de marketing
  • Mettre en place des conditions favorables au développement
  • Élaborer un plan d’affaires
  • Comprendre et décrire les caractéristiques et les paramètres du projet musical
  • Développer et mettre en œuvre des stratégies de vente
  • Assurer la distribution physique et numérique d’un produit
  • Favoriser la diffusion de concerts
  • Développer les droits d’exploitation, les produits dérivés et l’engagement d’un artiste

Pour en savoir plus ...

Le programme de l'IMM est construit sur un portefeuille de compétences en communication, administration et commercialisation à acquérir et développer pour travailler dans la Musique.