Depuis 1999, à l'initiative de Maurice Pham et de Paul Bessone, une rencontre tout à fait particulière à la SACEM est organisée. Nous faisons découvrir aux étudiants de l'IMM un département unique au monde dans les sociétés d'auteurs : les services musicaux.

Ces services comptent maintenant 23 experts musicaux, des musiciens à l'oreille absolue, chargés de vérifier en toute objectivité les partitions ou les enregistrements des oeuvres déclarées ou encore les programmes diffusés. Ils se penchent notamment sur les arrangements afin d'observer l'apport créatif.

À l'aide d'un dictionnaire musical qui répertorie des centaines de milliers d'oeuvres et de mélodies, tant dans le folklore, le classique, les variétés ou encore le jazz. Plus de 750 000 fiches sont à la disposition des experts pour comparer les créations. Des codes sont générés pour chacune d'elles. Il s'agit de «suites numériques».
Jusqu'en 2010, tout était «fait-main». La base est maintenant numérisée et uniquement ouverte aux experts des services musicaux.

L'expertise sur la ressemblance caractérisée est gratuite pour les sociétaires de la SACEM. Il faut d'abord vérifier l'antériorité de l'oeuvre (que l’œuvre A a bien été déposée avant l’œuvre B). Il faut ensuite reproduire à l'écrit la musique, notamment si le dépôt n'a pas fait l'objet d'une partition, pour pouvoir comparer les œuvres. Les agents des services musicaux réalisent un diagramme des critères clés d'analyse comparative pour clarifier les choses auprès d'un éventuel réclamant.
Il existe aussi des cas de «parasitisme» : pas de ressemblance caractérisée, mais une reprise de l'ambiance et de caractéristiques secondaires d'une œuvre. Il est donc nécessaire de distinguer l'inspiration d'un plagiat (un emprunt non autorisé). Par exemple, John Williams s'inspire d'Erich Korngold...

Plusieurs experts des services musicaux sont de véritables inspecteurs qui travaillent sur le terrain. Ils vont au cinéma par exemple, et écrivent toutes les musiques qui sont utilisées ainsi que leurs durées. Ils maîtrisent une sténographie musicale inventée dans les années 60 : une technique d'écriture exceptionnelle qui permet d'effectuer des relevés dans le noir, d'une seule main, au crayon ... Ils sont présents sur des compétitions sportives, des spectacles de fin d'année, dans les discothèques, lors des bals ... Ils vérifient également ce qui se passe sur des chaînes de la TNT.

De nombreuses expertises sont aussi réalisées sur les supports dvd, dans les bonus, sur les documentaires, les programmes tv, les sketches d'humoristes et les jeux vidéos, car les oeuvres ne sont pas souvent déclarées correctement.

Pour en savoir plus...

Merci à Angélique GOUNOT de la SACEM pour son accueil et ses explications.

Merci à Gaëlle pour les notes