Les étudiants de Première Année de l'IMM viennent d'étudier l’offre de musique chez des détaillants. Ils devaient notamment circuler dans plusieurs points de ventes avec un nouveau regard : celui de quelqu’un qui travaille dans la musique.
Après avoir sélectionné des magasins, ils ont visité les lieux, effectué quelques relevés de prix puis dressé la liste des forces et des faiblesses de tel ou tel magasin. Ils ont également observé et consigné la «mise en scène» de la musique : qui est visible ? qui ne l’est pas ? avec ou sans une présence de plv ? de stickers ? de prix ? de bornes d’écoute ? d’opérations (promotionnelles, particulières, exceptionnelles…) ?

À partir de l’ensemble de ces données, de leurs connaissances et de leurs impressions, ils devaient ensuite imaginer un « avenir meilleur » pour la musique dans ces points de vente : ce qu’il faudrait faire pour améliorer le lieu (sans supprimer les supports physiques évidemment...).

Voici 15 propositions des étudiants de l'IMM :

  1. bouger les meubles, pousser les murs, rafraîchir les locaux ou refaire la déco. Il faut créer une ambiance. De la définition d'un concept au coup de peinture, de l'éclairage au mobilier, il faut donner une véritable identité au lieu, un petit quelque chose plus proche d'une pâtisserie artisanale ou d'un caviste que l'on aime fréquenter plutôt que d'une simple surface pour produits surgelés

  2. bien évaluer l'espace disponible pour valoriser les produits mais surtout pour proposer une sélection attractive et variée : la taille du magasin devrait permettre de couvrir plusieurs genres afin de créer des passerelles

  3. le magasin est un lieu bien réel. Son physique est un véritable atout. Et si, en plus, il est atypique, alors il devra prioritairement communiquer sur son existence plutôt que sur une offre en ligne

  4. les magasins qui fonctionnent disposent généralement d'un disquaire compétent à forte personnalité. Les magasins doivent leur ressembler et certaines enseignes devraient revenir (aller) à des fondamentaux : une sélection, des conseils et des mises en  avant décidées (pas forcément imposées par une centrale)

  5. oser la diversification de métiers et travailler sur des concepts (exemple : le disquaire est aussi un bar)

  6. baisser les prix au moins pour s'aligner sur les offres dématérialisées

  7. multiplier les bornes d'écoute et/ou donner la possibilité de tout écouter (y compris les vinyles) mais aussi promouvoir l'écoute de supports « à la maison » et valoriser cette pratique

  8. donner de la vie ! Organiser des showcases, des séances de dédicaces, des rencontres musicales et pourquoi pas présenter des concerts dans de véritables salles

  9. toujours bien classer les produits pour une meilleure lisibilité de l'offre, proposer des services et vraiment soigner l'accueil

  10. s'appuyer sur d'autres produits et/ou les courants porteurs. Selon l'espace disponible, on peut présenter des disques dans d'autres rayons du magasin (du disque dans la librairie si le magasin propose du livre) ou encore surfer sur la mode du vinyle en vendant des platines et leurs accessoires

  11. développer des partenariats avec des établissements scolaires afin de d'organiser des ateliers de musique : les musiciens amateurs sont aussi des consommateurs

  12. associer les ventes physiques aux ventes digitales : pour un achat en magasin vous aurez accès à une offre spécifique en ligne et vice versae

  13. établir des partenariats avec la presse écrite et radio : chroniques et sélections de disques faites par les vendeurs …

  14. développer un site avec des chroniques, des interviews, des jeux concours, les vidéos des showcases ou des rencontres avec les artistes,  sans pour autant faire obligatoirement de la vente par correspondance : l'offre est dans le magasin

  15. assurer une présence sur les réseaux sociaux en créant, par exemple, un compte facebook tenu par les vendeurs afin qu'ils partagent leurs coups de coeur et donnent des conseils, valorisent les évènements (showcases, séances de dédicaces, …) et publient des reports: les disquaires sont des prescripteurs. Ils doivent s'exprimer

Merci à Gaëlle, Manon, Farah, Morgane, Vincent, Romain et Marius !