Le marché mondial de la synchronisation représente plus de 320 millions de dollars pour les producteurs d'enregistrements, soit 2% des revenus mondiaux de la musique enregistrée (source IFPI - année 2013).
En France, les chiffres ne sont pas publiés mais nous savons tous que la présence de la musique dans les films, les séries TV, les jeux vidéos et dans la publicité audiovisuelle représente des revenus pour les producteurs et les artistes. Ces utilisations génèrent également des droits pour les éditeurs et les auteurs.

Une synchro peut aussi être au coeur d'une stratégie de développement pour un artiste et vecteur d'une forte valorisation et  identification d'une marque.
Ce dernier point a poussé les plus dynamiques acteurs de la musique à se pencher sur le co-branding et toutes les possibilités d'exploiter des enregistrements, des oeuvres et l'image des artistes qu'ils représentent.

La musique est un catalyseur d’émotions extrêmement fort et trans-générationnel. Afin de mieux comprendre sa valeur, les étudiants de l'IMM ont rencontré Erick Viollet, le Directeur Synchronisation de Sony Music France.

Erick Viollet accompagne les directions artistiques dans le choix des meilleurs musiques pour la réalisation de spots publicitaires, de films, séries TV et jeux vidéos. Il a pour interlocuteur des agences de pub qui représentent des annonceurs et des superviseurs musicaux qui représentent les sociétés de production audiovisuelle.

Inutile de préciser qu'il dispose d'une forte connaissance de la musique, des artistes et des répertoires mais aussi de l'image, des réalisateurs ou encore des diffuseurs. Les titres qu'il peut proposer sont issus du vaste répertoire Sony Music mais peuvent aussi être réalisés sur mesure. Pour bien remplir sa mission et décrocher la bonne synchro, il doit parfaitement comprendre le message que l'annonceur ou le réalisateur souhaite transmettre. À partir d'un brief, d'échanges, de relations et d'objectifs, Erick Viollet est en mesure de présenter une sélection de titres adaptés aux besoins de ses interlocuteurs. Il faut être très réactif, voire proactif. Plus il s'imprègne de l'histoire et des émotions qui doivent être véhiculées, plus il sera capable de proposer ce qu'il faut.

Tendances, sonorités, couleurs, revendications, humour, anticipation, plaisir ... Erick Viollet a peut-être pris le goût de tout cela en faisant ses débuts chez New Rose ... Il intervient à l'IMM depuis plusieurs années. Paul Bessone, directeur de l'école, lui laisse carte-blanche. L'un comme l'autre sont avant tout passionnés de musique depuis leur adolescence, depuis qu'ils se connaissent.